mardi 16 août 2011

J10 : le 16.08 : El Caubo – Arreu (pont de la farga) (D+ 2200m, D- 2800m)

Le parcours du jour:
La trace est par la:
TransPyr2011 - Jour 10
Trace VTTtrack (cartes espagnoles IDEE)
2200m D+
2800m D-
Compteur HS

Le recit:
Moments forts :
- 2 somptueuses descentes (double Sélasse pour les connaisseurs) et une belle traversée
- Rencontre avec Pablo le randonneur et une dame de Tavascan qui nous raconte l’histoire du coin
- les montagnes Russes ou plutôt Espagnole de 1000m à chaque fois qu’il faut traverser
- la chaleur de Tavascan à Boldis

Le lever de soleil est fantastique : nous sommes au dessus de la brume, les rayons du soleil font briller la rosée sur les herbes hautes les faisant ressembler à des champs de diamant.





150m pour atteindre le sommet.



Puis nous retrouvons le GR11 qui va nous faire rêver en terme de VTT : rien à jeter mis à part 50m dans du trop raide. Forêt, prairie, épingle, glisse, traversée, couvert/découvert, le tout avec l'ambiance des lumières matinales.









Après 1200m de plaisir, nous arrivons à Estaon. Encore un village typique et restauré. Nous remontons le vallon de Ribera au bord de la rivière.



Le village de Nibros mérite un arrêt : il apparait comme abandonné du jour au lendemain, les granges avec leurs charpentes sont dans un état impeccable.



Portage de 400m au milieu des papillons jusqu’au col de Jou.



Vue sur la suite de notre chemin sur la montagne en face mais il faudra descendre de 700m et remonter de 1100m. Nous descendons sur sentiers mais la piste le remplace au bout de 200m, dommage. Nous croisons quelques GRtistes dont Pablo, étudiant de Bilbao, seul avec son gros sac, son foulard sur la tête et descendant …en tong.
A Lleret, des habitants nous conseillent de prendre la route pour rejoindre Tavascan car le GR11 en traversée n’est pas fait pour les VTT, un défi de plus qu’on ne regrettera pas.



Effectivement ce n’est pas de tout repos, ça remonte, c’est assez trialisant et bien pentu mais le sentier en balcon, à flanc de falaise est le signe du savoir faire des anciens : comment ont-ils réussi à faire tenir toutes ces pierres plates.



Ça passe à 60%. A Tavascan, nous demandons le chemin du supermercado à une dame de 83ans qui nous raconte sa jeunesse quand les hameaux étaient habités, quand il n’y avait pas de barrage.



2h de pause de 13h à 15h, Pablo arrive seulement 30min après nous, il a bien gazé. Nous déjeunons ensemble et il repart tandis que nous buvons un café. Il faut repartir alors qu’il fait très chaud, pas d’air, le goudron emmagasine une telle chaleur qu’il est difficile d’avancer nous sommes englué de Lladore à Boldis Soubirà. La fontaine est la bienvenue, Pablo arrive quelques minutes après par le GR11.



Plus on prend de l’altitude, plus l’air est respirable, l’heure avance aussi. La piste est rentable puis un portage de 300m nous fait parvenir au col Tudela.



C’est parti pour 900m de régal, un sentier tout en terre et en épingle ludique de bout en bout, on s’adonne à la technique de l’appel/contre appel sur ce sentier qui prend des allures de piste de bobsleigh.





Sur la fin, Sergi a un souci de roue libre qui se la joue pignon fixe, un peu d’huile et ça semble repartir.
D’Arreu, nous remontons le val Ferrera jusqu’au parking 200m plus haut. Douche et lessive dans la rivière et diner avec les moustiques.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire